[Clubs ETI] 2ème Rencontre InterClubs à Strasbourg

IMG_4141

[BFM Business] Cérémonie de la 4e édition des Grands Prix des ETI

Les succès des ETI françaises étaient à l’honneur lundi 26 septembre 2022 lors de la cérémonie de remise des Grands Prix BFM Business des ETI, présentée en direct par Raphaëlle Duchemin et organisée en partenariat avec la Banque Palatine.

Le METI était associé à cet événement et représenté par Sylvie Bernard-Grandjean, vice-présidente du METI et directrice générale de REDEX. Remettant le prix du Made in France, elle a rappelé que « le produire en France est la solution pour traverser les défis qui nous font face : la transition environnementale, notre souveraineté économique et notre responsabilité sociétale ».

Les cinq ETI lauréates des Grands Prix des ETI 2022 sont :

  • Fermob dans la catégorie « Actionnariat familial ». L’entreprise est le fruit d'une histoire familiale forte, et doit à la vision à long terme de son actionnariat d'être devenue un fleuron français du mobilier de jardin design.

  • Leborgne dans la catégorie « Innovation ». Depuis sa création en 1829, le groupe développe constamment de nouvelles gammes pour répondre aux besoins des utilisateurs de ses outils, notamment en matière de pénibilité sur les chantiers.

  • Neyret Group dans la catégorie « Made in France ». Le groupe met au point des technologies uniques au monde, conçoit et fabrique 95% de sa production sur ses sites industriels en France.

  • Septodont dans la catégorie « Présence à l’International ». L’entreprise familiale, à la pointe de l'industrie pharmaceutique dentaire, est aujourd’hui présente dans 150 pays.

  • Serfim dans la catégorie « RSE ». Le groupe s’illustre dans l’aménagement durable des territoires, revendiquant des engagements et valeurs sociales et environnementales fortes, structurantes dans sa stratégie et sa gestion.

Publié par BFM Business le 27 septembre 2022

Sans titre-3

[Budget] Suppression de la CVAE en deux ans : la réaction du METI

Le Mouvement des Entreprises de Taille Intermédiaire (METI) a pris connaissance des dernières déclarations du gouvernement concernant la CVAE.

Pour le METI, ce serait une erreur d’ajouter à la crise actuelle un mauvais signal en matière de réformes structurelles de compétitivité. L’investissement va sérieusement se contracter voire s’arrêter sous l'effet de la hausse des coûts de production (notamment : explosion des coûts de l'énergie). Les investissements verts pourraient en être les premières victimes.

Cette nouvelle baisse de la fiscalité de production, nécessaire pour tendre vers un alignement de la France sur la moyenne européenne, s’impose donc avec une urgence accrue dans le contexte actuel. L’année prochaine est un saut dans l’inconnu pour de nombreuses ETI ; elles attendent du gouvernement qu’il poursuive la restauration des conditions du "travailler et produire en France" en tenant l'engagement de la suppression intégrale de la CVAE dès 2023.

Screen Shot 2022-09-05 at 10.21.27

[BFM Business] Le co-président du METI invité de la grande interview dans Good Evening Business

Philippe d'Ornano, co-président du METI et président de Sisley, était l'invité d'Hedwige Chevrillon dans Good Evening Business sur BFM Business vendredi 2 septembre 2022.

Il est revenu sur les défis auxquels les ETI font face en cette rentrée, en premier lieu desquels l'augmentation massive du coût de l'énergie qui place de plus en plus d'entreprises industrielles dans une situation extrêmement délicate et engendre des conséquences en cascade sur toute la chaîne de production. Il a insisté sur l'importance du dialogue avec l'Etat, sur le modèle de celui qui avait prévalu durant la crise de la COVID, pour surmonter ces difficultés.

Philippe d'Ornano a par ailleurs insisté sur la nécessité de poursuivre la dynamique de réindustrialisation et donc l'alignement compétitif de la France sur la moyenne européenne. A cet égard, il a salué la perspective de la suppression de la CVAE. La baisse de la ficalité de production induit en effet un cercle vertueux pour l'économie, d'abord en favorisant les investissements des entreprises à l'image de Sisley qui a décidé de se doter d'une nouvelle usine à Vendôme. Philippe d'Ornano a aussi rappelé que les enjeux de simplification, dont le Gouvernement a réaffirmé vouloir se saisir et que le METI porte résolument, demeuraient cruciaux pour favoriser l'investissement industriel dans notre pays. 

Publié par BFM Business le 2 septembre 2022

Sans titre-3

[Environnement] Le METI lance une radioscopie verte pour accélérer la transformation environnementale des ETI

Face à l’urgence environnementale, les ETI appuient sur l’accélérateur. Accompagné par (RE)SET, le METI se donne six mois pour tracer le sillon de la transformation environnementale des ETI françaises.

Pour ce faire, une vaste radioscopie est lancée afin d’identifier les leviers, les obstacles et les défis posés à notre système productif. En six mois, cette « radioscopie verte » doit aboutir à une démarche opérationnelle et à une feuille de route concrète visant des résultats tangibles dès les prochaines années.

L’ambition pour les ETI : faire la course écologique en tête avec un effet d’entraînement sur leurs écosystèmes territoriaux.

Leur conviction : la France a tous les atouts pour faire de l’environnement un avantage compétitif majeur et viser l’excellence verte. A condition de libérer tant les innovations techniques que les investissements, en faisant sauter les verrous du site France (différentiel de compétitivité, excès normatif…).

Les ETI sont prêtes pour ce défi. Les enquêtes montrent que la quasi-totalité des dirigeants d’ETI ont compris l’importance du sujet, l’ampleur de ses conséquences et son caractère inéluctable. A travers leur dynamique d’investissements en France, les ETI sont d’ores et déjà dans l’action. Mais pour accélérer encore et industrialiser les transformations, elles doivent pouvoir profiter à plein d’une énergie souveraine et verte, de la force d’un approvisionnement local et durable, de hubs d’innovations, et de nouveaux talents.

Les ETI constituent un atout maître. L’ancrage territorial de leur chaîne économique, l’agilité que leur confèrent leur taille humaine et leur structure capitalistique, leur modèle économique résolument tourné vers l’innovation, leur développement adossé à des stratégies de long terme font d’elles un acteur privilégié des transformations structurelles en cours. Elles constituent également la maille idéale pour diffuser au cœur des tissus économiques locaux les innovations et les opportunités environnementales.

En lançant ce vaste chantier piloté par une taskforce de dirigeants d’entreprises, les ETI entendent prendre toute leur part dans la stratégie nationale de planification écologique annoncée par le gouvernement. Pierre-Olivier BRIAL (Manutan) qui pilote cette taskforce en est convaincu : « Les ETI ont l’enracinement nécessaire et la vision de long terme. Elles ont les qualités pour jouer les locomotives de la transformation écologique et l’ambition pour que la France en soit leader ».

Rendez-vous dans 6 mois pour faire le point sur l’état d’avancement de cette (r)évolution verte !